vous etes ici : Accueil / « Textes » / Année 2022 / Lettre d’accompagnement du compte rendu du 4 fevrier 2022
+Editez l'article au format .pdf pour l'imprimer : Enregistrer au format PDF
 

Lettre d’accompagnement du compte rendu du 4 fevrier 2022

D 16 février 2022     H 23:10     A Jean Claude Pantel     C 5 messages



Bonjour à tous,

Comme nous le faisons habituellement, voici « le compte-rendu » du dernier entretien que, quelques jours en arrière, nous avons eu avec les Visiteurs de l’Espace-Temps.

Je ne pense pas vraiment utile d’ajouter un flot d’explications à ce qui s’est échangé. Le Texte se suffit à lui-même, dans la mesure où, tel que j’ai déjà pu le mentionner : d’une part, nous nous sommes accoutumés au vocabulaire et à la tournure que les V.E.T utilisent pour illustrer leur Vision spécifique des lois physiques et, d’autre part, parce que la Vision en question figure dans « une continuité » qui permet de faire un certain nombre de recoupements avec les Textes précédents, mais aussi avec les événements qui se succèdent dans la qualité de choses vécues par notre Monde, depuis que l’Histoire s’est engagée à en établir le récit.

Si devait se relever un thème particulier à citer dans ces quelques lignes accompagnant le compte-rendu, je considérerai qu’il s’agit de celui des phénomènes expansion / rétraction… J’inviterai ainsi chacune et chacun à observer, combien - dans notre vie de tous les jours -, ces deux « mouvements » sont présents. Tenez je vais vous en donner un exemple : prenons simplement nos propres personnes et remarquons que nous passons par une expansion la croissance » de l’enfance à l’âge adulte) pour arriver à une rétraction la dégénérescence » due au vieillissement ) et, sans d’ailleurs aller si loin, dans « l’exercice respiratoire » auquel nous nous adonnons, sans même y prendre garde : lorsque nous inspirons, notre cage thoracique se déploie (expansion), lorsque nous expirons, c’est le contraire qui se produit (rétraction). Reportons ce constat à tout ce qui nous entoure - « événements » compris - et nous nous apercevons bien que tout est axé sur cette cinétique et le demeurera jusqu’au bout avec, au final, le trou noir qui, dans sa rétraction, emportera tout avec lui… Peut-être, en vue d’un éventuel « recommencement », ailleurs… Pourquoi pas ?

Je m’arrêterai donc là et vous abandonnerai à l’étude de ce Texte qui se révèle, néanmoins, assez long.

Ah, j’allais oublier : vous trouverez jointes à ces quelques pages deux textes de chansons qui semblent se trouver en « étroite relation » avec les dites pages : Inférences et De Babel à Eiffel

 

Bonne lecture et cordiales pensées à tous.

 

Jean-Claude PANTEL



 

 

Mots-Clefs

5 Messages

  •  

    Les Textes, Le Voyageur de l’orage, Mémoire d’éveil ne sont pas destinés à être lus (encore moins à être compris) par notre espèce. Il fallait juste que cela passe du non-manifesté (« lieu » de TOUS les Possibles, « lieu » du « règne de la Qualité » pure) à l’état manifesté, (état corporel, état grossier, lieu de la Quantité) pour venir rééquilibrer un point de non-retour (Point de non-retour exclusivement propre à notre espèce), mais non destiné à enrayer « une fin de Cyclique » (ou, selon René Guénon : « la fin d’un cycle de manifestation »).

    Par ailleurs, il est curieux de constater que, contrairement aux doctrines hindoues, les VET n’envisagent le passage à l’état non-manifesté, qui est leur état, que pour l’espèce « androgyne » (c’est-à-dire l’espèce appartenant à la manifestation subtile ou informelle) et seulement en osmose avec les cataclysmes de fin de « Cyclique » , alors que pour les hindous, pour l’être qui etudie et pratique la Tradition dans son intégralité, le passage à l’etat non-manifesté est possible à partir de n’importe quel état et sans attendre les cataclysmes de fin de Cyclique. (Voir les derniers chapitres de « L’homme et son devenir selon le Vedânta » et, pour information, un exemple de rite traditionnel hindou : https://youtu.be/UiSkMxltu00)

    Cette embiguité soulève le doute sur l’authenticité des Messages, ou bien des doctrines hindoues… 🤔

     


  •  

    Une chaîne à découvrir : https://youtube.com/c/JAYANFILMS_BA…

    • Mais où sont donc passés les Bâtisseurs de l’Ancien Monde ? Comment se fait-il que les structures mégalithiques les plus anciennes soient plus évoluées que tout ce que notre espèce construit aujourd’hui ? Quelle est l’origine d’une telle rupture évolutive ?
    • Il suffit de lire les Textes pour avoir les réponses. 😁

       


  •  

    Tout est dit. (Voir document joint)

     


  •  

    Un point de non-retour inquietant. (Voir document joint)

     


  •  

    Bonjour à tous ! Nous profiterons de cette brève apparition pour, encore une fois, indiquer un recoupement de circonstance avec un auteur bien connu, à présent, du site Jantel.org. Un recoupement qui concerne ce que les VET appellent les « supports vécus » :

    (Extrait tiré de l’avant-propos du livre : Les principes du calcul infinitésimal de René Guénon)

    Ce qui est singulier, c’est que cette confusion, qu’il eût suffi de dissiper pour couper court à tant de discussions, ait été commise par Leibnitz lui-même, qui est généralement regardé comme l’inventeur du calcul infinitésimal, et que nous appellerions plutôt son « formulateur », car cette méthode correspond à certaines réalités, qui, comme telles, ont une existence indépendante de celui qui les conçoit et qui les exprime plus ou moins parfaitement ; les réalités de l’ordre mathématique ne peuvent, comme toutes les autres, qu’être découvertes et non pas inventées, tandis que, par contre, c’est bien « d’invention » qu’il s’agit quand, ainsi qu’il arrive trop souvent dans ce domaine, on se laisse entraîner, par le fait d’un « jeu » de notation, dans la fantaisie pure ; mais il serait assurément bien difficile de faire comprendre cette différence à des mathématiciens qui s’imaginent volontiers que toute leur science n’est et ne doit être rien d’autre qu’une « construction de l’esprit humain », ce qui, s’il fallait les en croire, la réduirait certes à n’être que bien peu de chose en vérité !

    Quoi qu’il en soit, Leibnitz ne sut jamais s’expliquer nettement sur les principes de son calcul, et c’est bien ce qui montre qu’il y avait là quelque chose qui le dépassait et qui s’imposait en quelque sorte à lui sans qu’il en eût conscience ; s’il s’en était rendu compte, il ne se serait assurément pas engagé à ce sujet dans une dispute de « priorité » avec Newton, et d’ailleurs ces sortes de disputes sont toujours parfaitement vaines, car les idées, en tant qu’elles sont vraies, ne sauraient être la propriété de personne, en dépit de « l’individualisme » moderne, et il n’y a que l’erreur qui puisse être attribuée proprement aux individus humains. Nous ne nous étendrons pas davantage sur cette question, qui pourrait nous entraîner assez loin de l’objet de notre étude, encore qu’il ne soit peut-être pas inutile, à certains égards, de faire comprendre que le rôle de ce qu’on appelle les « grands hommes » est souvent, pour une bonne part, un rôle de « récepteurs », bien qu’eux mêmes soient généralement les premiers à s’illusionner sur leur « originalité ».

     

    Voir en ligne : Les Principes du Calcul infinitésimal. page 11


Un message, un commentaire ?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Rechercher :

Rubriques :

JANTEL.ORG
1973-2023
archives | | Contact

RSS 2.0